Agir et "miracle" !

 

Ndw 11 Quelques mots d'Hannah Arendt, pour souhaiter à tous une année belle de nouveaux commencements.

" C'est une propriété de l'agir que de déclencher des processus dont l'automatisme ensuite paraît très semblable à celui des phénomènes naturels, et il lui est spécifique de poser un nouveau commencement, de commencer quelque chose de neuf, de prendre l'initiative, ou en termes kantiens, d'être de soi-même à l'origine d'une chaîne. Le miracle de la liberté réside dans le fait que chaque homme, pour autant qu'il est venu par naissance en un monde qui était là avant lui et continue après lui, est lui-même un nouveau commencement.

(...)

Cette représentation de la liberté comme identique au fait de commencer, (...), nous est étrangère parce qu'il est caractéristique de notre tradition de pensée conceptuelle et de ses catégories d'identifier liberté et libre-arbitre, et de comprendre par libre-arbitre la liberté de faire porter un choix sur quelque chose de déjà donné - de choisir entre le bien et le mal, pour dire vite - mais non la liberté de vouloir simplement que ceci ou cela soit ainsi ou autrement.

(...)

Si le sens de la politique est la liberté, alors cela veut dire que nous avons effectivement le droit, dans cet espace et dans aucun autre, d'attendre des miracles. Non parce que que nous nous serions mis à croire aux miracles, mais parce que les hommes, aussi longtemps, qu'ils peuvent agir, sont en mesure de réaliser et réalisent constamment, qu'ils le sachent ou non, l'improbable et l'incalculable."

 

Source : Hannah Arendt. La politique a-t-elle finalement encore un sens ? in Politique et pensée. Colloque Hannah Arendt. 1996 Payot.

 

 
×